Archives de janvier, 2007

TAILLE D’ARBRES URBAINS PARISIENS

Posted in Paris on janvier 6, 2007 by baldomero

La durée de vie moyenne d’un arbre d’alignement est aujourd’hui comprise entre 50 et 100 ans.

tailles-1

Depuis la moitié des années 1980, la théorie et la pratique de la taille et de l’éducation arboricoles dans le monde occidental ont été fortement influencées, voire “révolutionnées”, par les travaux de l’arboriculteur américain Alex Shigo.

Les arbres en milieu urbain se trouvent dans un environnement très différent de celui de leur milieu d’origine. Ceux qui ont le plus à souffrir des conditions difficiles sont les arbres d’alignement. Ils subissent de multiples agressions et contraintes qui ont pour conséquence principale de voir leur croissance et leur longévité inférieures à celles d’individus de la même espèce vivant dans des conditions plus favorables.

    Nature et structure
    Les sols sont souvent très compactés par le piétinement, le tassement et les vibrations. Ce phénomène entraîne une mauvaise aération et donc une croissance réduite des racines. Cela se traduit par une diminution de la capacité d’absorption de l’eau et des sels minéraux ainsi qu’une réduction des associations symbiotiques (mycorhizes)*. Par ailleurs, les sols urbains ont une nature hétérogène et totalement imprévisible (de par la présence de nombreux matériaux artificiels). Cela conduit à un développement atypique des systèmes racinaires.Bilan hydrique
    80 % des eaux de pluies disparaissent dans le réseau d’assainissement. Les revêtements imperméables ne permettent pas le passage de l’eau, mais, en même temps, ils diminuent l’évaporation du sol. En règle générale, les arbres d’alignement ne sont pas arrosés, ils orientent leurs racines vers les zones humides (le chevelu racinaire peut former de véritables manchons autour de certaines canalisations).Eléments nutritifs
    Le ramassage des feuilles et brindilles empêche la formation de litière et donc le phénomène de restitution des éléments minéraux (en conditions normales, 80% des sels minéraux retournent au sol après dégradation de la litière* par les micro-organismes). De ce fait, on observe des carences en certains éléments nutritifs et des excès en d’autres, ce qui peut nuire à la croissance des végétaux.

Facteurs anthropogènes*

    Mutilation du système racinaire : très fréquente lors des travaux de voirie. Elle peut provoquer une importante réduction de la croissance, voire, conduire à long terme à la mort de l’arbre.

    Elagages et défoliation :
    l’arbre d’alignement a une occupation de l’espace limité, cela implique qu’il faut contraindre la croissance de sa couronne, mais la taille doit être pratiquée avec discernement. Il faut éviter la coupe de grosses branches car cela occasionne des plaies qui ne se referment pas et entraîne l’installation d’une pourriture qui peu à peu creuse le tronc jusqu’aux racines et conduit à la mort de l’arbre à moyen terme. Il faut aussi préserver les zones d’accumulation des réserves sous peine de déséquilibrer la physiologie du végétal. (Gérard Bory) Directeur du laboratoire de Physiologie de l’Arbre à l’université de Paris 7.
    Ce laboratoire est le seul en Europe à se consacrer exclusivement à des travaux de recherches sur la biologie, la physiologie et l’écologie de l’arbre en milieu urbain.

tailles-05

Les systèmes d’élagage traditionnels qui recouraient à des coupes au ras du tronc étaient nocives pour l’arbre

 

 

Coupe avec appel de sève